Comment créer sa charte graphique ?

Découvrez pourquoi il est important d'avoir une charte graphique et comment faire pour la créer.

Une charte graphique est un document qui recense les règles d’usage de l’identité visuelle d’une entreprise. C’est l’entreprise en question qui fixe ses règles afin de garder sa marque cohérente et d’être reconnue. Ce document est conçu à la fin, lorsque tous les éléments de l’identité visuelle sont déterminés (logo, déclinaisons, couleurs, typographies, icônes…).

Contrairement à ce que l’on peut penser, une charte graphique n’est pas réservée uniquement aux grandes entreprises ! Même si vous êtes un entrepreneur ou une petite entreprise, ce document sera tout aussi utile et important.

Dans cet article, je vais décortiquer les points essentiels qui apparaissent dans une charte graphique et les illustrer pour que vous puissiez comprendre le fonctionnement de ce document. Il faut savoir qu’il n’existe pas de règles concernant le contenu qui doit apparaître dans une charte graphique ou sa longueur. Certaines chartes sont concises tandis que d’autres sont très complètes. Vous pouvez aussi bien avoir 5 pages que 50. Cela dépend principalement de vos besoins.

En revanche, les éléments indispensables que l’on retrouvera (presque) à chaque fois sont : l’histoire de la marque, l’usage du logo, la palette de couleurs et les typographies. 

Vous pourrez également consulter à la fin de cet article, quelques modèles de chartes graphiques qui peuvent vous aider à construire la vôtre.

Pourquoi est-il important d'avoir une charte graphique ?

  • Cela vous permet d’avoir une marque qui soit cohérente en toutes circonstances et sur tous les supports. Vous gagnerez du temps et vous ne serez pas obligés de vous demander à chaque fois comment le logo doit être positionné ou quelle police utiliser. 
  • Si vous avez des personnes qui travaillent avec vous ou que vous engagez un graphiste pour vous créer des visuels ou un webdesigner pour votre site internet, ils sauront parfaitement comment respecter et utiliser votre identité visuelle pour garder votre marque cohérente.

1. Votre identité/histoire

Lorsque vous concevez votre charte graphique vous devriez normalement avoir une identité de marque déjà définie. C’est-à-dire que vous connaissez parfaitement votre mission, vos objectifs, votre cible et vos valeurs afin que votre identité visuelle soit en adéquation avec la personnalité de votre marque.

Vous allez ensuite retranscrire cette identité de marque en quelques lignes dans votre charte graphique afin que les personnes qui lisent votre charte sachent qui vous êtes, ce que vous faites et pourquoi vous le faites. Vous pouvez illustrer votre histoire sous différentes formes, que ce soit un simple texte ou avec des illustrations, des icônes…

Vous pouvez également en profiter pour raconter l’histoire du nom de votre marque, ce qu’il signifie et pourquoi vous l’avez choisi.

2. Votre logo

Cette partie est généralement la plus importante et la plus conséquente quant au nombre de pages. Elle vous permet de fixer des règles d’usage de votre logo. Certaines entreprises vont parfois jusqu’à indiquer l’emplacement précis où doit être positionné leurs logos en fonction des différents supports. Rassurez-vous, vous n’avez pas besoin d’aller jusque-là, les différents points que je vais détailler ci-dessous suffiront amplement.

LE LOGO PRINCIPAL

Le logo principal est le logo officiel de votre marque. Dans les chartes graphiques les plus détaillées, sa symbolique est souvent expliquée mais vous n’êtes pas obligés de raconter l’histoire de votre logo. Vous pouvez être succinct et vous contentez de décrire simplement les éléments qui le compose.

Les déclinaisons du logo

Cela n’est pas obligatoire, mais il est généralement recommandé d’avoir des déclinaisons de votre logo principal (au moins une). Par exemple, si votre logo est plutôt en hauteur, vous pouvez avoir une version horizontale dans les cas où l’application de la version en hauteur n’est pas possible. Si vous avez un logo un peu complexe, votre déclinaison peut être alors une version simplifiée de celui-ci afin qu’il puisse être utilisé de manière plus flexible.

Les couleurs du logo

Cette partie permet d’exposer les couleurs de votre logo. Vous pouvez indiquer la version CMJN, la version Pantone et la version RVB afin qu’il soit facile de retrouver les couleurs officielles en fonction des différents supports.

  • Petit rappel : CMJN est le mode colorimétrique utilisé pour l'impression tandis que RVB est le mode colorimétrique utilisé pour les écrans.

gestion du logo sur fond

Lorsque le logo est apposé sur un fond foncé, clair ou une photographie, vous devez expliquer la version qui doit être utilisée à chaque fois. Par exemple, si le fond est noir, vous allez recommander l’usage de votre logo dans sa version blanche. Avec ces règles, vous serez sûr que peu importe l’endroit où figure votre logo, il sera lisible.

taille minimale

Une taille minimale de votre logo doit être définie (en hauteur et/ou en largeur). Cela signifie qu’il ne devra pas être rétréci en dessous de la valeur fixée. Il est important de préciser une taille minimale pour être sûr que quel que soit l’endroit où le logo est appliqué, il sera dans une taille raisonnable.  

zone de protection

La zone de protection du logo permet de garantir sa bonne visibilité et de s’assurer qu’il y aura de l’espace entre le logo et les autres éléments. Vous pouvez définir cette zone en prenant une mesure spécifique (par exemple 5 mm tout autour du logo) ou en prenant un élément de votre logo comme dans l’exemple ci-dessous où j’ai pris la barre du « L ». 

les interdits

Cette partie vous permet d’expliquer ce qui n’est pas toléré de faire avec votre logo et de protéger son intégrité. Généralement, on y retrouve des éléments tels que : ne pas changer sa couleur, ne pas supprimer des éléments, ne pas le déformer, ne pas l’incliner, ne pas modifier ses proportions…

3. Votre palette de couleurs

Dans cette partie, vous allez faire figurer votre palette de couleurs principale avec les références précises en CMJN, en RVB et en Pantone. Cette palette principale contient généralement 3 à 5 couleurs.

Vous pouvez aussi avoir une palette de couleurs secondaire qui concerne les couleurs que vous utilisez moins fréquemment ou pour des usages spécifiques.

C’est indispensable que vous ayez une palette de couleurs forte afin d’accentuer la reconnaissance de votre marque. Vous pouvez consulter cet article si vous ne savez pas comment créer une palette de couleurs.

4. Vos typographies

 Ici, vous allez indiquer les polices qui seront utilisées pour votre marque (2 à 3 maximum). Vous pouvez préciser votre police pour les titres ainsi que celle pour le corps de texte. Généralement, vous expliquez pourquoi vous avez choisi telle ou telle police par rapport à la personnalité de votre marque.

Vous pouvez également indiquer les polices qui doivent être utilisées pour la bureautique. Ce ne sont généralement pas les mêmes car le choix en bureautique est limité (arial, calibri, times, verdana…).

Modèles de chartes graphiques

Afin de vous inspirer, vous pouvez consulter les chartes graphiques d’Arte,  HandiSport et de la Nouvelle-Aquitaine qui sont très complètes.

Si vous souhaitez plus d’exemples,  il vous suffit de chercher « charte graphique PDF » dans Google pour avoir accès à de nombreux modèles. 

Comme vous avez pu le constater, ce document peut être assez complexe à réaliser si vous n’êtes pas du métier car cela demande des compétences en mise en pages et une capacité à utiliser le logiciel Indesign.

Si vous souhaitez un document professionnel qui vous accompagnera tout au long de la vie de votre entreprise, je vous recommande fortement de faire appel à un bon graphiste pour concevoir votre charte graphique. C’est un investissement, mais cela vous permettra de garder votre marque cohérente et professionnelle en toutes circonstances.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
shares